Presse

Les spectacles et performances vocales et poétiques d’Isabelle Grimbert vus dans la presse

Exposition Madeleine BELLIARD en Normandie en 2008

Ouest-France 1/12/2008

Ouest-France 1/12/2008

Exposition KIM EN JOONG sur des textes de François CHENG au Passage Sainte Croix en 2011

Presse Océan 7-01-2011 Ouest-France 1er-03-2011OF_20-01-2011

Presse-Océan 7/01/2011  – Ouest-France 20/01/2011 et 1/03/2011

 

L’épopée de Calamity Jane dans la presse

« Un magnifique et frémissant portrait de femme. »

Isabelle Grimbert est Calamity Jane

Isabelle Grimbert est Calamity Jane

 

« Jane n’aura pour seul exutoire sentimental que ces lettres magnifiques que l’actrice Isabelle Grimbert interprète avec une justesse poignante. »

Presse-Océan , 21 novembre 2008

 

 

 

 

« Pour évoquer la désolation du désert et l’atmosphère du grand ouest, aucun effet spécial. Ou plutôt si…un seul et de taille : la voix de l’interprète.

Presse-Océan 5 janvier 2011

Presse-Océan 5 janvier 2011

Durant ce monologue, l’artiste passe en effet, avec une facilité déconcertante, du récitatif au chant et du chant aux vocalises quasi incantatoires. »

Presse-Océan, 5 janvier 2009, Franck Redois

« Habitée par le fantôme touchant de Calamity Jane – prononcez Clamity jane -, Isabelle Grimbert a embarqué un public conquis sur sa diligence, à l’occasion du Printemps des poètes célébré par la Bibliothèque. (…)  un pur moment de bonheur et d’émotion »

Les Sorinières Magazine info – avril 2007

« La chanteuse vocaliste Isabelle Grimbert donne à l’évocation de Calamity Jane une nature libre, conquérante et très émouvante. »

Presse-Océan, mars 2007

« Du talent, et de la simplicité tout en douceur et en fantaisie. »

Solen Le Cloarec (Nantes-Poche, février 2004

 « Isabelle Grimbert offre au public une palette d’interprétations : voix posée, parlée, chantée ; accents lyriques et rock… pour servir l’émotion. 

M.Vaillant-Prot (Presse Océan, 5.11. 2003)

« Oubliez Lucky Luke, Goscinny et Uderzo pour vous intéresser à une autre Calamity Jane plus authentique, plus intime, plus humaine. Débarrassée des oripeaux du mythe plus ou moins frelaté de l’Ouest américain. Celle dont la chanteuse comédienne Isabelle Grimbert taille en creux, à la pointe douce, le portrait, à partir des lettres que l’aventurière a adressées comme autant de bouteilles à la mer à… sa fille. »

Pierre Bigot (Ouest-France, 2.11. 2003)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>